La jeunesse africaine plaide pour un monde meilleur et plus propre

septembre 7, 2020

Un jeune garçon en Zambie fait ses devoirs à l’aide d’une lampe solaire.
Photo de Patrick Bentley/SolarAid

Le confinement dû au COVID-19 a affecté la capacité de presque tout le monde à se battre contre le changement climatique.

Les marches pour le climat qui ont eu lieu un peu partout dans le monde au cours des dernières années, aussi percutantes et inspirantes soient-elles, ont particulièrement été impactées par les mesures mises en place pour ralentir la progression du coronavirus.

La Grève étudiante pour le climat, mouvement international lancé par l’activiste Greta Thunberg, a dû se transformer en un événement en ligne et de manière générale, les jeunes vivant dans certaines parties du monde ont eu moins d’occasions pour faire entendre leur revendication pour une planète plus propre.

Justice, Paix et Intégrité de la Création – Franciscains d’Afrique (JPI-FA) au côté d’autres organisations vont s’efforcer de faire changer les choses au cours du Temps de la Création, un événement oecuménique annuel consacré à la prière et aux actions en faveur de notre maison commune et qui a lieu du 1er septembre au 4 octobre.

Des personnes et des organisations de confession bahaïste, catholique, chrétienne, krishnaïte et musulmane venant du monde entier organiseront et participeront au “ Interfaith Youth Green Festival” – le festival interreligieux pour une jeunesse écologique – un webinaire qui permettra aux jeunes d’exprimer leurs inquiétudes, mais aussi leurs espoirs pour l’avenir.

“Nous voulons donner aux jeunes enfants de différentes écoles ayant participé activement aux marches pour le climat une tribune depuis laquelle ils peuvent s’exprimer,” a dit Steeven Kezamutima, directeur régional pour le JPIC-FA.

“Nous voulons leur donner l’occasion et les moyens de s’approprier cet événement.”

Un nombre croissant de jeunes leaders venant du Kenya, d’Ouganda, de Tanzanie et peut-être même d’Europe et des États-Unis prendront la parole au cours de ce webinaire. Ces jeunes sont âgés de 7 à 15 ans et partageront avec nous des messages émouvants qui inciteront leurs camarades, mais aussi les adultes à accentuer leurs efforts dans la lutte contre le changement climatique.

Une marche virtuelle pour le climat sera aussi organisée. Les participants chanteront et feront entendre leur voix comme s’ils participaient à une marche à l’extérieur, ce qui leur donnera l’occasion de s’exprimer en dépit des mesures prises dans plusieurs pays du monde qui empêchent de se réunir en personne.

“Ils veulent dire à quel point ces marches sont importantes pour eux… ils veulent parler de leur future, de pourquoi c’est important,” a dit Kezamutima.

L’attention portée au continent africain arrive à un moment important pour la promotion des énergies propres dans cette région du monde.

Le mardi 10 septembre, à l’occasion du deuxième des 4 webinaires organisés dans le cadre du Temps de la Création, Mohame Adow, directeur et fondateur de Power Shift Africa, et Thuli Brilliance Makama, conseillère senior en Afrique pour Oil Change International évoqueront les défis et les opportunités qui attendent l’Afrique alors que la question de la moralité des investissements dans les énergies fossiles se pose de plus en plus.

Le webinaire sera en anglais, mais il sera traduit simultanément et gratuitement en français, en espagnol, en italien, en polonais et en portugais.

Date: jeudi 10 septembre
Heure: 9:00 New York / 15:00 Rome / 16:00 Nairobi

En juillet, une pétition signée des milliers de fois a été adressée à Standard Bank pour leur demander de ne pas financer l’EACOP,  le Pipeline de 1445 kilomètres de long qui reliera l’Ouganda au port de Tanga en Tanzanie.  

Une fois achevé, ce pipeline aura des conséquences dévastatrices sur les communautés environnantes ainsi que sur l’écosystème. 

“Les gouvernements devraient savoir que leurs enfants ne sont pas sagement endormis ; ils sont plus vigilants que jamais,” a dit Kezamutima.  

Ce webinaire est organisé par le JPIC-FA, l’Université Catholique d’Afrique de l’Est, les Soeurs de la Miséricorde, le Turquoise Harmony Institute, le Mother Earth Network ainsi que des membres de la Génération Laudato Si’ en Afrique du Mouvement Catholique Mondial pour le Climat.